LE METIER DE SOPHROLOGUE / PROFESSION D'AVENIR

Vers une reconnaissance professionnelle toujours plus grande

Une  profession reconnue et enregistrée par les institutions publiques :

  • La profession est prise en compte par l'URSSAF, le RSI, les caisses de retraites, les caisses d'assurance maladie...
  • Depuis novembre 2009, elle est dotée d'un code ROME (Répertoire Opérationnel des Métiers et des Emplois) au niveau du Pôle-Emploi national, ce qui pose clairement l'activité de Sophrologue (fiche K1103, 
concernant le développement personnel et le bien-être de la personne).
  • Des groupes d'assurances proposent des contrats responsabilité civile professionnelles aux sophrologues.
  • Des mutuelles proposent à leurs adhérents, un montant de participation annuelle à des séances de 
sophrologie.
  • Les formations en sophrologie font de plus en plus souvent l'objet de prises en charge totales ou partielles 
soit par les fonds de formation, OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), de type Fongecif, Agefos, Agecif, Agefice... ou par les Assedic, voire certaines collectivités territoriales.
  • L'obtention du titre RNCP (équivalent d'une VAE) réalisable auprès de plusieurs structures ou écoles fait désormais partie d'une forme de formation continue d'un nouvel ordre.

Tout ceci, constitue des avancées significatives pour les sophrologues français.

 

L'exigence d'un parcours professionnalisant

Les Etats Généraux annuels de la Formation en Sophrologie sont un lieu d'échange et de travail permettant aux Directeurs d'Ecoles, quels que soient les courants de :

  • construire des bases communes concernant le métier de Sophrologue : les relaxations dynamiques, les techniques associées, les lois et principes de la sophrologie, entre autres ...,
  • clarifier les différences de courants, issues de l'expérience et des compréhensions des différents directeurs d'écoles : création des programmes d'accompagnement en fonction des besoins actuels des clients et du public rencontré, adaptation des techniques, et exploitation de l'après-séance technique dans le cabinet du sophrologue.

Les capacités et les compétences professionnelles des futurs sophrologues sont validées par un système d'évaluation, quelles que soient les écoles, incluant des démonstrations pratiques, des vérifications théoriques et des stages d'application pratique.
Il existe en France, plusieurs regroupements de Directeurs d'Ecoles en Sophrologie oeuvrant pour une mise en harmonie des fondamentaux des programmes, quels que soient les courants tels que:

  • La SFS -  Société Française de Sophrologie et son réseau de 15 écoles.
  • La FEPS - Fédération des Ecoles Professionnelles en Sophrologie.
  • Le réseau des Académies de Sophrologie.

 

Une formation de qualité

Comment bien choisir sa formation ?