Qui sommes-nous ?

Naissance du syndicat

Au début des années 2000, la représentation des sophrologues praticiens du domaine prophylactique et social était minoritaire au sein du Syndicat National des Sophrologues (*), les professionnels de santé formés à la sophrologie dans des champs d'application médicale étant plus fortement représentés.  L'idée d'un autre syndicat axé sur une plus grande ouverture aux autres courants de la sophrologie, et sur l'idée de développer une véritable profession à part entière, a progressivement germé.

C'est ainsi que, sous l'impulsion de  Christian GAGNAIRE, un groupe de travail se constitue avec Brigitte PABIOU-BEAUFORT, Christian PABIOU, Sylvain MAZIMANN, Brigitte BRESSAUD, Florence RATAT, Jean-Claude BLANC, Christine EGLEME puis Christian LAUER par la suite, pour mener un travail de réflexion sur le métier de sophrologue, et poser les bases d'un syndicat de professionnels, son organisation, ses premiers statuts, son règlement intérieur et son logo.

Hélène LEROY-SANTERRE contribua à la constitution officielle du syndicat sur les fonds baptismaux, en assurant une présidence provisoire, reprise ensuite par Bernard SANTERRE pendant 6 années consécutives .

Le Syndicat des Sophrologues Professionnels a été officiellement proclamé en assemblée constitutive le  16 juillet 2003, lors de la première Université d'été des Ecoles de la CEPS, (groupement devenu la FEPS) au Château de Goutelas à Marcoux dans la Loire près de Boën. Ce lieu n'avait pas été choisi au hasard. Cette demeure bourgeoise en forme de H (comme Humanisme), est le lieu  d'où était parti à la Renaissance, un mouvement humaniste de portée européenne sous l'influence du Juge Papon, et  lieu inspirant du  premier grand roman du 16° siècle de même portée, écrit par Honoré D'Urfé : L'Astrée.

Le Syndicat des Sophrologues Professionnels a voulu s'inscrire dès le départ dans cette longue tradition humaniste.

(* ) tous sophrologues caycédiens

Article 1 des statuts fondateurs

LE SYNDICAT DES SOPHROLOGUES PROFESSIONNELS, créé le 21 juin 2003 à 16 h, est validé par l'Assemblée Générale Constitutive du mercredi 16 juillet 2003. Il a pour vocation de fédérer les Sophrologues Praticiens dans le cadre européen et international.

Sa durée est illimitée.

Membres fondateurs : Jean-Claude BLANC - Brigitte BRESSAUD - Christian GAGNAIRE - Christian LAUER - Hubert LOPEZ - Sylvain MAZIMANN - Brigitte PABIOU-BEAUFORT - Christian PABIOU - Florence RATAT.

Le premier logo du SSP

PremierLogoSSP

10 ans d'histoire

Le Syndicat des Sophrologues Professionnels, interlocuteur connu et écouté par les pouvoirs publics, fédère aujourd'hui environ 700 adhérents répartis dans tous les départements de métropole ainsi que dans les DOM-TOM. Une croissance régulière et continue depuis l'origine en 2003.

La profession est en constante évolution, et le Syndicat des Sophrologues Professionnels est à l'initiative de très nombreuses réflexions et actions pour impulser le développement dans le strict respect de la déontologie.

Le SSP est animé par un conseil syndical de 12 membres maximum. Tous les membres du conseil exercent leur mandat de manière bénévole et désintéressée.

Les différents présidents depuis 10 ans : Hélène Leroy-Santerre, Bernard Santerre, Christine Egleme, Alain Giraud, Marianne Nys

Syndicat indépendant de toute influence, son fonctionnement est assuré exclusivement  par les cotisations de ses adhérents. Il ne fait pas appel à des subventions de quelque nature que ce soit.

 

Un acteur majeur dans l'essor de la sophrologie

Le Syndicat des Sophrologues Professionnels protège les droits de ses adhérents ainsi que leurs intérêts moraux et matériels, tant individuels que collectifs.

Chaque fois qu'il en a la possibilité, le SSP valorise et met en avant le métier de sophrologue, notamment en prenant contact avec différents organismes (mutuelles, assurances, banques, ordres professionnels divers...) mais aussi les médias (radio, télé...).

Il apporte une aide pratique aux professionnels installés, comme aux sophrologues en cours d'installation ainsi qu'aux étudiants en formation :

renseignements pratiques pour l'exercice du métier, réalisation de dépliants thématiques, fourniture de documents tels que livret d'installation dit livret blanc, inscription sur un annuaire web et papier, publications et newsletters, veille média, publication de communiqués de presse et dossiers de presse, petits déjeuners thématiques et réunions en régions d'adhérents.